Entrainement à jeun – Surveillez la cadence

Dans la continuité de la dernière vidéo sur la sortie à jeun où on parlait de l’information la plus importante à surveiller quand vous faites ce type d’entrainement : la fréquence cardiaque.

Aujourd’hui, la 2ème information à surveiller, certes un peu moins importante : la cadence.

Pendant ce type de sortie, tournez les jambes à un rythme naturel et confortable.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la méthode Objectif Cyclo, je vous invite à vous inscrire gratuitement aux news Objectif Cyclo, et vous recevrez en plus le carnet d'entrainement Objectif Cyclo.

Aimez la page Facebook : www.facebook.com/objectifcyclo
Abonnez-vous à la chaine Youtube : www.youtube.com/objectifcyclo

Moi je suis à l'entrainement. Et vous, vous vous entrainez quand ?

Commentaires

Alain
7 novembre 2017 0

Bonjour, intéressantes ces petites promenades à vélo commentées. Les « rêveries d’un promeneur solitaire »… Puisque vous invitez aux commentaires, je me permets. Je n’ai pas bien compris le lien entre « pédaler à jeun » et la cadence d’autant plus que vous indiquez un intervalle entre 75 et 90 voire 95. Ce qui, au final, correspond à la palette de fréquence de pédalage utilisée par tout le monde. Pouvez-vous expliquer ? J’ai lu dans une revue scientifique que lors d’un exercice d’intensité modérée, l’énergie provenant des lipides était de 12% à la 50e minute et de 77% au bout de 5 heures. Ce qui signifie que pour taper dans le « gras », je dois rouler durant longtemps. Ne pensez-vous pas que ça fait long à jeun ? En début d’activité, le corps va piocher dans le glucose sanguin pour fonctionner. N’en trouvant plus puisqu’à jeun, il pioche dans les réserves hépatiques en glycogène, qui vont s’épuiser. Ce n’est qu’au bout de 2h30 que ce que vous appelez le « gras » (je comprends que c’est par souci de vulgarisation) va devenir le substrat majoritaire utilisé. Donc finalement rouler à jeun ne sert à rien puisque de toute façon les mécanismes métaboliques s’installent par eux mêmes. Vous direz sûrement que c’est pour forcer le processus. Mais non puisque le corps a une logique de fonctionnement qu’on ne peut pas changer. Qu’en pensez-vous ? C’est bien compliqué tout cela, je sais.. Bon courage et au plaisir de vous croiser.

Cyrille
7 novembre 2017 0

Bonsoir, Pour faire une bonne sortie à jeun, il faut que la FC se situe dans la zone de "Fat burning" (voir l'autre vidéo sur le sujet). Je dis de surveiller la cadence afin de limiter l'impact musculaire de la sortie. En effet, il pourrait être tentant pour le cycliste de diminuer sa cadence vers les 50 tr/min pour limiter le rythme cardiaque. Je le sais car, habitant en montagne, il m'est arrivé de faire ce type de sortie et de ne pas tourner les jambes assez vite. Il s'agit aussi dans ces vidéos d'un partage d'expérience.................. Au sujet de la consommation de lipides et de glycogène, je ne partage pas votre analyse. Le glycogène musculaire (et non sanguin) est utilisé par le muscle qui sollicite un effort. Ce glycogène musculaire n'est pas transférable d'un muscle à l'autre, il y est "attaché". Pendant ma sortie à vélo, je vais utiliser le glycogène de mes jambes et quand il n'y en aura plus, je ne vais pas utiliser le glycogène de mes bras. Il restera sur mes bras (je caricature volontairement). Qui dit sortie à jeun, dit pas de sucre ingéré depuis la veille au soir. Et donc mon stock de glycogène musculaire a été bien attaqué par mes activités depuis le dernier repas la veille. C'est le foie, vous avez raison, qui va prendre le relais et libérer la réserve hépatique dans le sang (là on peut parler de glycogène sanguin). Mais ce glycogène a pour priorité de maintenir le taux de sucre dans le cerveau, qui est le plus gros consommateur de glycogène de l'organisme. A jeun, l'organisme va donc devoir se tourner très rapidement (pour ne pas dire immédiatement) vers le "gras" ;-) . Quand vous dites, "ce n'est qu'au bout de 2h30 que le gras va devenir le substrat majoritaire utilisé, vous avez raison. Mais le chrono des 2h30 tourne depuis la veille au soir. (Là encore je caricature un peu.) ................ "Le corps a une logique de fonctionnement qu'on ne peut pas changer." Là encore je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous : il y a 15 ans, j'aurai été tout à fait incapable de faire un effort à jeun, sans prendre mon copieux petit-déjeuner. Aujourd'hui je peux faire 3h d'entrainement à jeun, sans que ça ne me fasse sourciller. Quelque chose a surement changé quand même, mais cela a mis du temps. :-) Bref, comme vous dites, c'est un sujet assez complexe, d'autant que chaque organisme répondra différemment d'un individu à l'autre. Merci pour votre commentaire, ça m'a permis de réviser un peu le sujet. Au plaisir !

Alain
8 novembre 2017 0

C’est très important pour un entraîneur de préciser correctement ses références théoriques qui conduisent la qualité de ces conseils. A lire votre explication, je constate qu’il y a de nombreuses lacunes. Je ne vais pas passer un temps à revenir sur votre argumentation. Mais vous indiquer deux ou trois auteurs qui viendront compléter votre connaissance sur les principes métaboliques du corps à l’exercice. Mc Gilvery – 1979 « biochemestry. A functionnal approach » pour la distribution énergétique entre les lipides et les glucides lors d’un exercice d’endurance de longue durée à 60%PMA et Wahren - 1971 pour l’utilisation du glycogène hépathique. Pour finir, une étude de terrain (entrainement simultanée avec ou sans nourriture avant l’entrainement de deux groupes) montre que les deux groupes ont tout deux perdu du poids et montré l’inutilité de l’entrainement à jeun. Bon courage pour la suite/

Cyrille
9 novembre 2017 0

Bonjour, merci de ces ouvrages. Je prendrai peut-être le temps de les lire, mais vu qu'il s'agit de livres d'il y a près de 50 ans, je ne vous garantie rien. C'est comme si je lisais des livres des cyclistes des années 70 et que je communiquais leurs conseils. On sait depuis longtemps qu'il y a mieux pour s’entraîner. Sans doute les connaissances médicales ont-elles évolué depuis le temps. Et au niveau étude, la Northumbria University a réalisé une étude en 2014 en Angleterre, sur deux groupes (à jeun, et non), et a conclu à une meilleure fonte des graisses lors de l'entrainement à jeun (Etude "Breakfast and exercise contingently affect postprandial metabolism and energy balance in physically active males"). Pour conclure, je pense qu'il vaut mieux tester pendant une période et se faire sa propre opinion. J'imagine que, pour vous, ça n'a pas donné les résultats que vous attendiez ; et moi, je trouve ça très efficace (comparé aux longues sorties). Merci pour nos échanges. C'était très enrichissant.

Alain
9 novembre 2017 0

…Vous devriez les avoir étudiés pourtant au cours de votre formation pour obtenir le titre d’entraineur. McGilverny est parmi les premiers à avoir étudié l’interrelation lipides-glucides au cours d’un exercice en endurance. Toutes les études actuelles y font référence. Le second Wahren a demontré que le foie représentait une source glucosée importante lors de l’exercice. Encore une fois, Toutes les études actuelles y font référence

Postez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La sortie "Endurance"
Conseils pour bien débuter (ou reprendre) le vélo